Dans l’évangile d’aujourd’hui (Matthieu 10,34 et suivants), Jésus dit notamment :

« Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi »

Le texte grec est clair: c’est bien là le mot utilisé par Matthieu. Mais ce n’est pas ainsi que je conçois notre relation à Dieu et au Christ. Nous avons, au 21° siècle, des exigences de cohérence plus fortes dans la formulation de notre foi que n’en avaient les premiers chrétiens.

Sommes-nous « dignes de Jésus »? Bien-sûr que non, mais en même temps je n’emploierais pas habituellement un tel mot. Car c’est bien décourageant pour le chrétien de base, comme pour celui qui envisage de devenir chrétien, à qui cela risque de donner une idée fausse de notre relation à Dieu. La radicalité de cette phrase est utile, mais en même temps elle effraie.

Dans Jésus-amour j’ai proposé:

« Qui n’accepte pas d’être séparé de son père ou de sa mère ne peut venir avec moi » (ch.63).

Il me semble que cela dit la même chose! Qu’en pensent les lecteurs de ce blog?

Publicités