Autrement vu…

Enoncer le christianisme différemment

« Digne de moi »?

Posted by Philippe Lestang sur 14 juillet 2008

Dans l’évangile d’aujourd’hui (Matthieu 10,34 et suivants), Jésus dit notamment :

« Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi »

Le texte grec est clair: c’est bien là le mot utilisé par Matthieu. Mais ce n’est pas ainsi que je conçois notre relation à Dieu et au Christ. Nous avons, au 21° siècle, des exigences de cohérence plus fortes dans la formulation de notre foi que n’en avaient les premiers chrétiens.

Sommes-nous « dignes de Jésus »? Bien-sûr que non, mais en même temps je n’emploierais pas habituellement un tel mot. Car c’est bien décourageant pour le chrétien de base, comme pour celui qui envisage de devenir chrétien, à qui cela risque de donner une idée fausse de notre relation à Dieu. La radicalité de cette phrase est utile, mais en même temps elle effraie.

Dans Jésus-amour j’ai proposé:

« Qui n’accepte pas d’être séparé de son père ou de sa mère ne peut venir avec moi » (ch.63).

Il me semble que cela dit la même chose! Qu’en pensent les lecteurs de ce blog?

Publicités

2 Réponses to “« Digne de moi »?”

  1. Xavier Molle said

    En effet traduire ainsi ne trahit pas la pensée de Jésus, mais elle l’édulcore peut-être. Car il reste à savoir pourquoi celui qui n’accepte pas ne peut venir. Le mot « digne » est radical et la phrase l’est donc aussi.
    Je comprends la prudence des traducteurs, qui en d’autres circonstances n’hésitent pas à recourir à la paraphrase. N’oublions pas que la traduction liturgique a été archi-révisée.
    De même on a laissé dans l’AT que Dieu est un dieu « jaloux ». Qu’en pense le lecteur non-chrétien? Peut-être qu’il comprend très bien !

  2. Ph. L. said

    Merci Xavier,
    Au fil des siècles, le sens des mots et leur usage évolue; les traductions sont amenées à en tenir compte.
    Prenons un exemple. Si le maire d’une commune disait à propos de quelqu’un: « Celui-là, je ne veux pas le recevoir, il n’en est pas digne », cela ferait un beau tollé (idem si c’était le Président de la République qui s’exprimait ainsi!). Il n’est pas envisageable de parler ainsi aujourd’hui.
    Dieu est beaucoup plus qu’un président? Bien-sûr! Mais en Jésus il s’est fait,non pas le Très Haut qui ne reçoit que ceux qui en sont dignes, mais le frère des pauvres et des pécheurs…

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :