Voici l’oraison d’entrée – enfin maintenant on dit prière d’entrée – pour demain matin 15 novembre, 32° semaine du temps ordinaire année impaire.

Texte, dans « Prions en Eglise »:
« Assiste tes enfants, Seigneur, et montre à ceux qui t’implorent ton inépuisable bonté; c’est leur fierté de t’avoir pour Créateur et Providence: restaure pour eux ta création, et l’ayant renouvelée, protège-la. Par Jésus Christ … « 

Je crois rêver en lisant ce texte ! On est en 1950? 1860?

–  « Assister » est déjà un vocabulaire étrange; et surtout je ne pense pas qu’il faut demander cela! Car Il est avec nous ! Il sait ce dont nous avons besoin ! (Mt 6,8 – Ne rabâchez pas!)
– Jésus nous appelle ses amis – enfin, si je ne me trompe pas. Faut-il « implorer »?
– Ton « inépuisable » bonté: c’est soi-même qu’on cherche  convaincre? Ou bien c’est de la flatterie? Parlerions-nous comme cela à Jésus? On croirait les Pharisiens.
– C’est « notre fierté » ! Pff.. ridicule ! On est fier de notre Dieu!!
– « Restaure ta création »… Est-ce le sens de l’Eucharistie? Et surtout ce n’est pas une demande, c’est l’action souveraine de Dieu !! Il ne va pas le faire cela parce que nous le demandons. Plus le fait que c’est une théologie de type « chute/remontée », qui est contestable (cf. par exemple André Wénin).
– « Protège-la »: toujours pareil, est-ce que Dieu attend qu’on lui demande pour le faire?

Je réagis au passage, mais « réécrire tout serait un gros travail, théologique et poétique« …

C’est simplement désolant.